Québec : les jeux d’argent en ligne bientôt limités en matière d’établissements de jeux

Le concept de jeu d’argent en ligne est apparu depuis plusieurs années au Québec mais la législation concernant la régulation des milliers d’établissements en fonction sur le territoire reste encore dans le brouillard.

En conséquence, un véritable quiproquo existe aujourd’hui entre les géants des jeux d’argent virtuels déjà reconnus mondialement et Loto-Québec, un établissement local parmi les rares autorisés à proposer ses services aux habitants locaux.

Une législation pas encore bien régie

Le Québec et la France partagent la difficulté qu’engendre une législation encore floue dans le secteur des jeux d’argent en ligne. Mais si en France, une nouvelle réglementation vient d’être adoptée dans ce secteur d’activités, au Québec, le sujet est encore en cours de traitement.

La-morale-de-largent-428x241

Le gouvernement est en ce moment en train d’étudier et de mettre en place une éventuelle règlementation plus stricte à l’encontre des établissements de jeux en ligne.

L’objectif sera de mettre fin aux malentendus entre plusieurs sites de jeux déjà reconnus dans les autres pays comme PokerStars, Full Tllt Poker et PartyPoker, Vera&john et Loto-Québec qui est une chaine locale de jeux virtuels.

Ce dernier, à cause du caractère encore incertain de la législation dénonce ses concurrents comme étant des établissements illégaux. Afin d’éclaircir la situation de ces sites privés et étrangers, le gouvernement songe à ce qu’ils doivent obtenir l’accord de la RACL ou la Régie des alcools, des courses et des jeux pour pouvoir proposer leurs services au Québec.

Des établissements offrant une concurrence importante à Loto-Québec

Si la décision d’une nouvelle règlementation a été prise par le gouvernement, c’est aussi parce que Loto-Québec, qui est une société appartenant à l’Etat, est en difficulté depuis que les sites privés ont offert leurs services aux joueurs locaux.

De fait, l’État les encourage cependant à continuer d’exercer sur le sol québécois puisque ces établissements, un peu plus de 2000, engrangeront des taxes de plus de 13,5 millions en 2016, une coquette somme que les caisses de l’Etat ne peuvent pas refuser.

url

La disparition des joueurs : des causes plus locales

Si Loto-Québec met la baisse de son audience sur le compte des autres établissements, la situation est toute autre. Effectivement, les services offerts par le site de l’Etat sont irrévocablement en retard par rapport à la qualité d’offres dont disposent les établissements de jeu issus de l’étranger.

Interviennent ensemble le progrès technologique, la diversité des activités, la large gamme de bonus et de tarifs pour inciter les joueurs à se tourner beaucoup plus vers d’autres opérateurs.

Quoi qu’il en soit, faire la lumière sur la règlementation ne pourra être que bénéfique pour les joueurs et les opérateurs de jeux d’argent au Québec.

Actualités : Du nouveaux chez Pokerstars